Actualité

Vue 516 fois
23 octobre 2018

Premier doctorat délivré par IMT Lille Douai

Le premier doctorat de l’Université de Lille délivré par l’École Nationale Supérieure Mines – Télécom Lille Douai (IMT Lille Douai) a été décerné le 23 octobre 2018 !

Précédemment habilitée à co-délivrer le doctorat, IMT Lille Douai est depuis 2015 apte à délivrer ce diplôme. 

Guillaume DESQUESNES a soutenu son travail de thèse intitulé  Distribution de Processus Décisionnels Markoviens pour une gestion prédictive d’une ressource partagée : Application aux voies navigables des Hauts-de-France dans le contexte incertain du changement climatique. A l’issue de la présentation orale et d’une riche séance de questions-réponses avec le jury, il s’est vu décerner le titre de Docteur de l’Université de Lille délivré par l’École Nationale Supérieure Mines – Télécom Lille Douai (IMT Lille Douai).

Le jury était composé de 

Rapporteur Olivier Buffet
Chargé de recherche  INRIA / LORIA
Rapporteur
Joseba Quevedo Professeur UPC Barcelone
Membre Laëtitia Matignon Maître de conférences Université de Lyon
Membre François Pérès Professeur INP Toulouse - ENIT
Membre/Présidente Nathalie Peyrard Directrice de recherche INRA Toulouse
Encadrant Arnaud Doniec Maître de conférences IMT Lille Douai
Encadrant Guillaume Lozenguez Maître de conférences IMT Lille Douai
Directeur de thèse Éric Duviella Professeur IMT Lille Douai

 

Distribution de Processus Décisionnels Markoviens pour une gestion prédictive d'une ressource partagée : Application aux voies navigables des Hauts-de-France dans le contexte incertain du changement climatique

    Les travaux de cette thèse visent à mettre en place une gestion prédictive sous incertitudes de la ressource en eau pour les réseaux de voies navigables. L'objectif est de proposer un plan de gestion de l'eau pour optimiser les conditions de navigation de l'ensemble du réseau supervisé sur un horizon spécifié. La solution attendue doit rendre le réseau résilient aux effets probables du changement climatique et aux évolutions du trafic fluvial.

    Dans un premier temps, une modélisation générique d'une ressource distribuée sur un réseau est proposée. Celle-ci, basée sur les processus décisionnels markoviens, prend en compte les nombreuses incertitudes affectant les réseaux considérés. L'objectif de cette modélisation est de couvrir l'ensemble des cas possibles, prévus ou non, afin d'avoir une gestion résiliente de ces réseaux. La seconde contribution consiste en une distribution du modèle sur plusieurs agents afin de permettre son passage à l'échelle. Ceci consiste en une répartition des capacités de contrôle du réseau entre les agents. Chaque agent ne possède ainsi qu'une connaissance locale du réseau supervisé. De ce fait, les agents ont besoin de se cordonner pour proposer une gestion efficace du réseau. Une résolution itérative, avec échanges de plans temporaires de chaque agent, est utilisée pour l'obtention de politiques de gestion locales à chaque agent.

    Finalement, des expérimentations ont été réalisées sur des réseaux réels de voies navigables françaises pour observer la qualité des solutions produites. Plusieurs scénarios climatiques différents ont été simulés pour tester la résilience des politiques produites.

Mots clefs : Intelligence artificielle ; Système multiagent ; Processus décisionnel markovien ; Planification distribuée ; Coordination et coopération ; Réseaux de voies navigables ; Changement climatique


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.